des images et des mots

13 décembre 2018

Jean-Claude Vorgy, la poésie au village

IMG_5643W

Anteuil, les années 70 (1970 !)

Un village ordinaire au pied des collines du Lomont. Deux bistrots : « chez Faivre »,  le Léon et son haleine aillée et « chez Colin » pour l’exotique couscous, quelque peu anachronique en ces lieux gaulois. Des gars au sommet de leur pileuse virilité qui attachaient leur ceinture au zinc en ingurgitant force « canons ». Le jeu, d’une subtilité sans égal, consistait à résister à l’inévitable appel à vidange d’une vessie abondamment gonflée par les liquides maltés les jours de semaine et les nobles breuvages anisés de fin de semaine. Sans compter le canon de rouge en provenance directe de la bouteille étoilée et capsulée. Un défi enrobé d’histoires de chasse, beaucoup, de pêche, un peu, de champignons et de traditions. Un théâtre de mâles où la femme se devait de s’en tenir aux coulisses à l’image de la Mariette dont la présence se limitait au fumet de sa croûte aux morilles. Des amitiés de beuveries qui se prolongèrent dans la rubrique des faits divers du journal local car, quand ils ne laissèrent pas leur peau sur le bitume, ils finirent par s’entretuer !

Loin de cette atmosphère plus sauvage que rustique, un garçon cultivait discrètement solitude, accords de guitare et artisanat d’art. A distance des gros bras-grandes gueules, il suscitait certainement sarcasmes et propos sectaires. Le cheveu long et le vêtement baba cool détonaient dans l’étroitesse d’un univers voué aux labours et à la métallurgie automobile.

 

Anteuil, aujourd’hui

Les éoliennes ont fleuri sur les collines du Lomont et alimentent des vents polémistes jusque sur les tombes de ceux pour qui la ceinture et le zinc sont devenus vains. On travaille moins à la grande usine mais une autre est venue occuper des terrains qu’on ne laboure plus. Des maisons toute neuves ceinturent le vieux village. Les bistrots ont définitivement baissé leur rideau, le Léon a rejoint Toni Jacque et les accordéonistes du Balajo au panthéon des apéros sur le zinc et des javas bleues. Des gros bras-grandes gueules restent quelques souvenirs jaunis et confus dans lesquels les encore présents choisissent encore leur camp, leur coupable, leur victime.

Loin des évocations stériles, Jean-Claude poursuit son bonhomme de chemin au pied des crêtes vosgiennes sans se soucier de la symbolique capillaire et vestimentaire. Il garde, chevillée à l’âme, une table d’harmonie où résonnent avec bonheur et talent les caresses des mots et des arpèges. Ceux qui, hier, portaient un regard railleur sur ce voisin différent esquissent peut-être, aujourd’hui, un sourire amusé en écoutant « Les chaussettes ». Puissent-ils trouver un peu de repos aux tourments de leurs âmes dans la poésie de ses vers :

« Si tu mets dans ton verre

Un peu de lumière du printemps,

Les charmes du pivert

Et la profondeur de l’instant,

Quelques éclats de rire

Posés sur un lit de rosée,

La douceur d’un plaisir apprivoisé…

Tu verras ce breuvage

Au doux parfum d’éternité

Te dira les bons usages de la liberté ».

 

Contact : Jean-Claude Vorgy, poète, auteur, interprète

jclvorgy@gmail.com

 

Posté par jicechroniqueur à 14:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 novembre 2018

Partage

IMG_5607

Bonjour.

C'était à l'occasion d'une exposition artistique à l'Arche de Bethoncourt, j'étais invité (seul photographe parmi peintres et sculpteurs) par DEGEL COLOR, l'atelier d'art de Dominique Debourg.

Si certaines de mes images vous plaisent et que vous souhaitez les acquérir (plus un partage qu'une possession!), je peux réaliser des tirages sur papier, forex (support PVC rigide), alu dibond (plaque métallique de haute qualité), carton plume...

N'hésitez pas à me contacter.

Jicé

jicebaverel@hotmail.fr

Posté par jicechroniqueur à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2018

Amélie-les-crayons

IMG_4591W

 

Elle chante

Ils accompagnent

Elle danse

Ils chorégraphient

Elle joue

Ils interprètent

Elle, ils, eux dans l’harmonie… un trio de sons, de voix, de mouvements et de complicité.

Amélie-les-crayons est une douce conjugaison... sans conditionnel.

(voir album ci-contre)

Posté par jicechroniqueur à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2018

Jaune automne

IMG_4677rets

Posté par jicechroniqueur à 21:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2018

Rouge automne

IMG_4461dim

Posté par jicechroniqueur à 12:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 septembre 2018

L'effet papillon

IMG_4441

Posté par jicechroniqueur à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 septembre 2018

Il reste des pommes...

IMG_4379

Posté par jicechroniqueur à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 août 2018

Il est là...

IMG_4310rets

 

 

Il est là, assis sur un banc, son banc peut-être, immobile, des mains tordues par le labeur croisées sur des jambes croisées. Entrelacs figé. Le jour de l’Assomption donne au parc des allures dominicales, des déambulations alenties, des envies de flâner, une lente procession du temps.

Des artistes de tous genres ont érigé des cimaises provisoires sous des petits chapiteaux protecteurs. Le peintre par envie côtoie le peintre par passion, l’artiste confirmé l’éternel amateur, la toile brasillante le graphisme hésitant. Les visiteurs se suivent, se précèdent et se croisent, têtes chenues pour la plupart, tenues estivales endimanchées. Des personnes d’un âge certain, la jeune génération attend les images sur Facebook… On se connaît, on se reconnaît, on échange des avis du bout des lèvres en prenant des airs inspirés ou conspirateurs. « Je ne vois vraiment pas ce que ça représente ! » Au pinacle l’œuvre qui dit de suite son qui-quoi-où-quand-comment. Aux éloges l’art figuratif qui rassure sur l’état de notre vision et la fluidité de nos neurones. Au pilori la trace du pinceau plus instinctive. Aux gémonies, l’art abstrait. Un itinéraire où le sentir est oublié.

 

Il est là, immobile, loin des pérégrinations artistiques, aux antipodes des débats sur la noblesse de l’Art.

Son regard dont l’azur est délavé par les averses de la vie, érodé par les déluges de l’existence, suit lentement les mouvements des visiteurs. Son spectacle à lui. Un peu de présence dans la touffeur estivale. Des inconnus, moins inattendus que bienvenus dans ce parc où s’enracine sa solitude.

Pourtant les amateurs d’art n’ont que peu d’intérêt pour le vieil homme. Ils n’ont pas remarqué le pittoresque de son visage, l’ambigüe élégance de son couvre-chef qui peut laisser deviner un passé de piste aux étoiles, de pitreries et d’éclats de rires enfantins.

A l’autre bout du parc, une dame s’extasie devant un visage clownesque habilement posé sur la toile par un artiste et son couteau. Saura-t-elle s’émouvoir devant cet autre portrait tout aussi immobile mais tellement plus vrai ?

 

Posté par jicechroniqueur à 11:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 août 2018

Exposition

Vous qui passez par ce blog...

je vous invite à passer également par l'exposition "LES ARTISTES LOCAUX" qui se tiendra les samedi 25 (13h30-18h) et dimanche 26 août (10h-18h) dans les salons de l'Hôtel de Ville de SOCHAUX. Je présenterai à cette occasion un travail sur la TULIPE que je vous dévoile secrètement en primeur. Des tulipes en primeur, c'est appétissant, non?

1 IMG_2089 90x60 R144 W

2 FH000015

3 IMG_0199W

4 IMG_0220W

5 IMG_1938W

Posté par jicechroniqueur à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juillet 2018

Martagon

IMG_3071 60x40

Posté par jicechroniqueur à 08:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]