IMG_0708blog

C’est la fin de la saison chaude aux dires du calendrier, pourtant l’été s’étire sur la plaine et dans le Champ de l’Épine, un jardin offre un spectacle floral d’une beauté toute naturelle.

Au pied d’un jeune pommier de la variété « Rambour », une variété locale, s’érige un pied de Cosmos (famille des Astéracées, pas vraiment du coin) dont le bouton sommital joue à dépasser la branche supérieure de son voisin porteur de pommes (enfin presque, puisque cette année est peu productive en fruits). Une croissance exceptionnelle  approchant le double-mètre, avec, à l’origine, une minuscule petite graine, un fruit insignifiant égaré dans un paquet de graines identifié « Gazon fleuri ». Surtout n’allez pas croire que le jardinier de ces lieux est un adepte de la chimie, un fervent utilisateur d’engrais! Tout juste quelques scories potassiques dispersées au pied de l’arbre, à l’automne dernier, pour le stimuler dans un sol plutôt propice à la prune. Rien d’autre !

Dame Nature rejoue peut-être ici la fable de la grenouille et du bœuf, en mode végétal.

L’immense Cosmos qui n’est cependant pas pressé de sacrifier ses innombrables corolles mauves aux premières gelées suscitera peut-être une vocation de jardinier ou de fleuriste chez la petite Lucie qui ne manquera pas de prélever quelques minuscules graines dans l’espoir d’une nouvelle et riche floraison.

Histoire de toucher les étoiles …