03 juin 2019

Eau, moulin

Le ruisseau coule des jours heureux. Il a recouvré son originelle liberté, chanson douce et reflets d’argent. A deux pas, le moulin n’est plus que le reflet de lui-même. Il a gagné son repos, couplets mélancoliques, refrains saisonniers. J’ai glissé mes pensées secrètes derrière le volet clos. L’onde portera au loin les échos de mon âme morcelée.
Posté par jicechroniqueur à 08:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]